La Sin city retrouve son second souffle

Cela fait trois ans que le secteur des casinos de Las Vegas est au morose. Mais depuis le mois de février 2013, une hausse providentielle de 31,1 % soit de 696,1 millions de dollars a été relevée et ne cesse d’augmenter jusqu’aujourd’hui (ndlr: jeudi 11 avril 2013). Et si l’on se fie aux prévisions, plus de 1,5 milliards de dollars en infrastructures vont être investis dans l’aménagements de nouveaux complexes sur l’avenue principale du Strip. En effet, 750 millions de dollars, proviendraient de la transformation de l’Imperial Palace en Quad et des projets Linq et Skyvue. De plus le Sahara Hotel and Casino a procédé à des travaux de rénovation chiffrés à 300 millions de dollars, et le Bill’s Gambin’ Hall qui a modifié son infrastructure pour la modique somme de 200 millions de dollars. De quoi relancer l’économie qui jusqu’à lors tendait vers le point mort.

Apparemment ce regain de dynamisme serait du au jeu du baccarat qui y rencontre actuellement un succès fou. En effet, sur un an les revenus généré par ce délassement aurait pulvérisé des records avec un accroissement significatif de 131,9 % qui équivaut à 264,2 millions de dollars. Cette nette amélioration se fait même ressentir au niveau de l’Etat du Nevada qui, en février, enregistre pas moins de 1,07 milliard de dollars grâce à ce renouveau insufflé par le baccara. Rappelons qu’il s’agit d’un jeu de cartes datant du XIXe siècle qui consiste en gros à prévoir la main gagnante: la sienne ou celle du banquier. Entre la réflexion et le hasard, ce jeu fascine les plus ardus. Mais ce soudain intérêt pourrait s’expliquer par la lassitude qu’éprouvent les clients face aux éternels black jack poker et aux traditionnelles machines à sous. C’est sans doute la raison pour laquelle la popularité du baccara a grimpé en flèche en si peu de temps.

Le fait est que les analystes avaient prédit Le baccara serait-il l’avenir des casinos de Sin city? Il semblerait que les machines à sous et le poker aient perdu de leur pouvoir d’attraction.